On voit toujours sa vie comme à travers un kaléidoscope. Déformée. Belle ou désespérée selon les heures. Et parce qu’il y a les jours de gloire et les jours de désespoir, j’écris, pour ne pas avoir à porter des sentiments trop lourds, qui m’étouffent. Quelques mots, simple échappatoire pour regarder sa vie dans un miroir et trouver le recul nécessaire pour avancer.

RSS
 

Vent de roses (poème carré)

12 mar

Poème carré

Choisir quatre mots qui peuvent avoir plusieurs sens ou plusieurs natures : un mot qui peut être nom ou adjectif, un mot qui peut être nom ou verbe…

Les disposer en  carré et suivre le périmètre du carré et ses diagonales pour composer des phrases : voilà beaucoup de « phrases-cheminements » possibles ! Les expressions obtenues sont parfois drôles, certaines ne veulent rien dire mais… avec un peu de chance, d’imagination ou de travail, la « fabrique de vers » accouche de jolis mots poétiques !

Poème carré
 
Sous le sable rosit le vent, fraudeur,
Rose des sables au vent où s’érode
Une rose des vents de sable, et rôdent
Les vents de sable rose, maraudeurs.
Le sable rôde dans le vent rosé
Broderie rose dans le vent de sable
Le vent rosit et taraude le sable,
Vent de sable, corrode la rosée.
 

Tags: , ,

Leave a Reply

 

 
  1. bou²

    12 mars 2012 at 12:17

    Une jolie prose inventée à lire sur le sable emeraude.

     
    • koka

      12 mars 2012 at 17:14

      Merci… rose et vert, les couleurs de l’espoir ☺

       
  2. Josette

    12 mars 2012 at 13:28

    poème géométrique et géologique tout à fait dans le vent, rose des vents ou rose des sable, je rosis de plaisir à le lire, c’est un exercice très interessant.
    Bonne journée

     
    • koka

      12 mars 2012 at 17:15

      Je vois que tu as bien compris le principe ! Bonne journée à toi !

       
  3. Martine

    12 mars 2012 at 18:59

    Bonsoir Koka,

    Ton jeu est amusant et très intéressant. Il me faudra y jouer. Qui sait. cela peut réveiller une muse paresseuse.
    Le vent rode sur le sable rose……
    ;)
    Bises
    Martine

     
    • michelaise

      13 mars 2012 at 14:17

      Sang épanché des courses arides,
      Celui qu’on brise et qu’on embrasse…
      Cours négligé du temps qui passe,
      Tendre blessure au gout de ride.

      Sans cri, sans bruit, tendre vers lui,
      Prendre le temps d’un cours de vie,
      Brise si douce qu’on en oublie,
      Tout court, les cent gouttes de pluie.

      A joué !!! (et un peu triché : course, cours et court )

       
      • Oxygène

        13 mars 2012 at 21:45

        Waouh !!!! Je comprends d’où vient le talent de Koka… Elle profite d’un bel atavisme.
        Ton texte est… pfff…. comment dire… sublime, Michelaise !

         
        • michelaise

          14 mars 2012 at 20:21

          ouh !! je suis rouge de confusion Oxy, il y a bien longtemps que j’ai laissé le jeu des poèmes à ma Koka !!! il faut être jeune pour trouver l’inspiration…

           
          • koka

            22 mars 2012 at 10:32

            Rouge de confusion ? non, tu le mérites !!!
            Et l’inspiration ne vient que quand elle en a envie…

             
        • koka

          22 mars 2012 at 10:32

          :) Oui, tu as raison, le texte de Michelaise est sublime !

           
      • koka

        22 mars 2012 at 10:31

        Un peu triché, comme moi d’ailleurs, mais très réussi !!!
        Bravo, c’est vraiment très … je ne trouve pas le mot qu’il faut, à la fois émouvant, merveilleux, puissant…

         
    • koka

      22 mars 2012 at 10:30

      C’est un jeu facile, gratifiant… et comme tu dis, il peut réveiller une muse paresseuse !!
      Bises

       
  4. Oxygène

    13 mars 2012 at 21:41

    Seules les poètes comme toi peuvent obtenir de si jolis résultats Koka… Ce vent de sable t’a apporté une très belle inspiration…
    Bravo !

     
    • koka

      22 mars 2012 at 10:31

      Merci Oxy !

       
  5. Josette

    15 mars 2012 at 11:37

    Etoile, rêve, sphère, ennui…

    L’étoile s’ennuie elle se rêve sphère
    Mort d’ennui tu rêves aux étoiles de la sphère céleste
    Dans l’atmosphère l’étoile rêve s’ennuie
    L’ennui d’un rêve sorti de la sphère sommeil reste une pluie d’étoile dans les yeux du chat…

     
    • koka

      22 mars 2012 at 10:33

      Sphère/atmosphère, c’est bien vu !
      Ton texte est très joli, Josette :) Merci d’avoir joué !!

       
  6. Prisca

    22 mars 2012 at 00:14

    époustouflant ton blog :)

     
    • koka

      22 mars 2012 at 10:30

      Merci :)

       
  7. Jeanmi

    6 avril 2012 at 16:50

    Voilà une jolie idée, un peu surréaliste dans le plus pur esprit de l’écriture automatique, bravo

     
  8. Nounedeb

    20 juin 2012 at 14:17

    Je retrouve avec plaisir cette « contrainte » poétique avec laquelle j’avais joué autrefois. Je l’avais oublié. Michelaise souveraine.
    Signé: une autre michelaise…

     
  9. Martine

    20 août 2012 at 07:48

    Bonjour Koka,

    Juste passer te faire un petit coucou amical. J’espère que tu vas bien
    Bises
    Martine