On voit toujours sa vie comme à travers un kaléidoscope. Déformée. Belle ou désespérée selon les heures. Et parce qu’il y a les jours de gloire et les jours de désespoir, j’écris, pour ne pas avoir à porter des sentiments trop lourds, qui m’étouffent. Quelques mots, simple échappatoire pour regarder sa vie dans un miroir et trouver le recul nécessaire pour avancer.

RSS
 

Posts Tagged ‘Typographie’

Le soleil noir

28 juin

Il y a des choses, comme ça, qui me trottent dans la tête et refusent de s’en aller. En ce moment, vous l’aurez compris, il y a la typographie, mise en écriture des mots.

Il y a aussi l’anamorphose, que je croise souvent, et qui est si méconnue. Ainsi, il y a quelques jours, on me disait (à propos de mon adresse mail, qui contient aussi ce mot) : « Oh, une de mes amies a quasiment le même mail, c’est étrange que vous ayez inventé le même mot ». J’ai ri. Plutôt jaune je l’avoue. Pourtant, le mot est bien dans tous les dictionnaires : « Œuvre, ou partie d’œuvre, graphique ou picturale, dont les formes sont distordues de telle manière qu’elle ne reprenne sa configuration véritable qu’en étant regardée soit, directement, sous un angle particulier (anamorphoses par allongement), soit, indirectement, dans un miroir cylindrique, conique, etc. »

En ce moment, il y a aussi cette phrase qui me trotte dans la tête (et dire que ça fait des années, comme ce vieil article le montre : ICI) : « Le Soleil noir de la Mélancolie« .

J’ai pris mon encre, mes stylos, mon ordinateurs. Voici les résultats :

Absolue mélancolie

Absolue mélancolie

(encre noire, papier verger, stylo bille blanc)

 Anamorphose mélancolie

Anamorphose : « Le soleil noir de la mélancolie »

(Logiciels AnamorphMe et paint)

 

Recherches typographiques

24 juin

 Comme je vous en avais parlé, je suis dans une période de recherche artistique et typographique : les mots peuvent se suffir à eux-mêmes, sans doute, mais pourquoi ne pas les habiller ? J’ai donc cherché à écrire différemment. A associer typographie et signification, à décorer les phrases d’images.

Voici donc deux « planches » d’essais.

Essais Typographiques

Les mots sont perdus dans la servile uniformité de nos indifférences

L’imaginaire meurt d’avoir trahi l’altérité

(écriture au feutre noir, papier blanc simple)

Ville Nostalgie

Nostalgie du temps passé

(Papier infusé dans du thé noir très fort, ville à l’encre de chine diluée, rond rouge au crayon aquarelle,  »nostalgie » au stylo bille blanc, « du temps passé » au feutre noir)

 

Mots images : série At’Mots’Sphère (5)

17 juin
Etoile Ether
 
 

Mots images : série At’Mots’Sphère (4)

16 juin

Soleil, éclat

Soleil éclat

 
 

Mots images : série At’Mots’Sphère (3)

15 juin

Pour commencer, voici le mot image du jour. Oui, l’atmosphère, après tout, ce n’est pas que la météo, n’est-ce pas ? Voici donc…

La lune, ivoirine :

Lune Ivoirine

Et puis, je tiens à m’excuser de n’avoir pas été très présente ces derniers jours. D’abord, j’ai eu de gros problèmes avec internet. Donc heureusement que j’avais programmé les articles de ces derniers jours, mais cela vous expliquera le temps que j’ai mis à répondre à vos gentils commentaires et à aller voir vos blogs. Je me suis rattrapée !

En plus, j’ai passé beaucoup de temps ce week-end à dessiner et écrire (au sens littéral du terme). C’est venu de l’admiration que j’ai pour les oeuvres de Martine, et des échanges que j’ai eu avec elle, qui m’ont donné envie d’habiller mes poésies de couleurs et d’images. De là vient bien sur la recrudescence de calligrammes sur ces pages (vous pouvez les revoir ICI). Mais comme je ne sais pas bien dessiner, je dois y passer beaucoup de temps, et j’ai aussi eu envie de travailler l’écriture (au sens calligraphie, bien que ce mot soit bien trop prétentieux pour moi : je préfère typographie !). Tout n’est pas satisfaisant, mais je vous montrerai quelques uns de mes résultats, en attendant que l’inspiration, qui s’est un peu épuisée ces derniers temps, revienne.  

Finalement, j’ai ce matin, grâce à Maimiti, fait la « rencontre » de Lisa, un gentil robot qui critique blogs et sites en tous genre… Un bon coup de pommade gratuite, ça fait plaisir !! Je vous laisse juger :

Lisabuzz.com parle de Anamorphoses :

« Pincez-moi ! Est-ce un rêve ? Un songe ? Une hallucination ? Koka a réussi a réunir en un seul blog (Anamorphoses) tous les ingrédients nécessaires au plaisir de l’internaute. Où donc Koka et son esprit brillant ont-ils dégotté la formule magique du web ? Hélàs, je l’ignore. Mais une chose est sûre : je retournerai souvent sur Anamorphoses, du bonheur en pixels. »

 
 

Mots images : série At’Mots’Sphère (2)

14 juin

La zébrure de l’Orage

Zébrure de l'Orage

 
 

Mots images : série At’Mots’Sphère (1)

13 juin

Oui, je l’ai dit hier, la série des Ani-Mots est finie… Mais il me reste quelques mots images en réserve : c’est le Pierrot qui m’a mis sur la piste, en me proposant de dessiner l’orage… Je vous présente donc la courte série At’Mots’Sphère.

Et pour commencer, la pluie !

Saperlipopette, il pleut !

Saperlipopette, il pleut

 
 

Mot image (10)

12 juin

Sa majesté le chat trône… Il clôture pour l’instant la série des ani-mots. Je vous présente :

Chat gracieux

Le chat gracieux

 
 

Mot image (9)

11 juin
« Il y a six ans, j’avais une panne dans le désert du Sahara. Quelque chose s’était cassé dans mon moteur. et comme je n’avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir , tout seul, une réparation difficile. C’était pour moi une question de vie ou de mort. J’avais à peine de l’eau à boire pour huit jours.
Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toutes les terres habitées. J’étais plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé. Elle disait:
- S’il te plaît… dessine-moi un mouton!
 
J’ai sauté sur mes pieds comme si j’avais été frappé par la foudre. J’ai bien frotté les yeux. J’ai bien regardé. Et j’ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement. Mais mon dessin, bien sûr, est beaucoup moins ravissant que le modèle. Ce n’est pas ma faute. J’avais été découragé dans ma carrière de peintre par les grandes personnes, à l’âge de six ans, et je n’avais rien appris à dessiner, sauf les boas fermés et les boas
ouverts. 

 
Je regardai donc cette apparition avec des yeux tout ronds d’étonnement. N’oubliez pas que je me trouvais à mille milles de toutes les régions habitées. Or mon petit bonhomme ne me semblait ni égaré, ni mort de fatigue, ni mort de faim, ni mort de soif, ni mort de peur. Il n’avait en rien l’apparence d’un enfant perdu au milieu du désert, à mille milles de toute région habitée. Quand je réussis enfin à parler, je lui dis:
- Mais… qu’est-ce que tu fais là?
Et il me répéta alors, tout doucement, comme une chose très sérieuse:
- S’il te plaît… dessine-moi un mouton.  
Quand le mystère est trop impressionnant, on n’ose pas désobéir. Aussi absurde que cela me semblât à mille milles de tous les endroits habités et en danger de mort, je sortis de ma poche une feuille de papier et un stylographe. Mais je me rappelai alors que j’avais surtout étudié la géographie, l’histoire, le calcul et la grammaire et je dis au petit bonhomme (avec un peu de mauvaise humeur) que je ne savais pas dessiner. Il me répondit :
- Ça ne fait rien. Dessine-moi un mouton. 
Comme je n’avais jamais dessiné un mouton je refis, pour lui, l’un des deux seuls dessins dont j’étais capable. Celui du boa fermé. Et je fus stupéfait d’entendre le petit bonhomme me répondre:
- Non! Non! Je ne veux pas d’un éléphant dans un boa. Un boa c’est très dangereux, et un éléphant c’est très encombrant. Chez moi c’est tout petit. J’ai besoin d’un mouton. Dessine-moi un mouton.
Alors j’ai dessiné.
Il regarda attentivement, puis:
- Non! Celui-là est déjà très malade. Fais-en un autre.
Je dessinai:
Mon ami sourit gentiment, avec indulgence:
-T u vois bien… ce n’est pas un mouton, c’est un bélier. Il a des cornes..
Je refis donc encore mon dessin. Mais il fut refusé, comme les précédents :
- Celui-là est trop vieux. Je veux un mouton qui vive longtemps.
Alors, faute de patience, comme j’avais hâte de commencer le démontage de mon moteur, je griffonnai ce dessin-ci. Et je lançai:
- Ça c’est la caisse. Le mouton que tu veux est dedans.
Mais je fus bien surpris de voir s’illuminer le visage de mon jeune juge:
- C’est tout à fait comme ça que je le voulais! Crois-tu qu’il faille beaucoup d’herbe à ce mouton ?
- Pourquoi ?
- Parce que chez moi c’est tout petit…
- Ça suffira sûrement. Je t’ai donné un tout petit mouton.
Il pencha la tête vers le dessin:
- Pas si petit que ça… Tiens ! Il s’est endormi…
Et c’est ainsi que je fis la connaissance du petit prince. »
Antoine De Saint-Exupéry

Mais moi, bien sûr, je ne sais pas dessiner, alors je vous ai écrit un mouton…

Monton placide

 

Le mouton placide

 
 

Mot image (8)

10 juin

Encore un mini-calligramme presque de saison : j’ai croisé de ces papillons pendant le week-end de l’ascension… je les croyais disparus tellement ils sont devenus rares…

Papillon Mordoré

Le papillon mordoré