On voit toujours sa vie comme à travers un kaléidoscope. Déformée. Belle ou désespérée selon les heures. Et parce qu’il y a les jours de gloire et les jours de désespoir, j’écris, pour ne pas avoir à porter des sentiments trop lourds, qui m’étouffent. Quelques mots, simple échappatoire pour regarder sa vie dans un miroir et trouver le recul nécessaire pour avancer.

RSS
 

Posts Tagged ‘Rythme’

Vent de roses (poème carré)

12 mar

Poème carré

Choisir quatre mots qui peuvent avoir plusieurs sens ou plusieurs natures : un mot qui peut être nom ou adjectif, un mot qui peut être nom ou verbe…

Les disposer en  carré et suivre le périmètre du carré et ses diagonales pour composer des phrases : voilà beaucoup de « phrases-cheminements » possibles ! Les expressions obtenues sont parfois drôles, certaines ne veulent rien dire mais… avec un peu de chance, d’imagination ou de travail, la « fabrique de vers » accouche de jolis mots poétiques !

Poème carré
 
Sous le sable rosit le vent, fraudeur,
Rose des sables au vent où s’érode
Une rose des vents de sable, et rôdent
Les vents de sable rose, maraudeurs.
Le sable rôde dans le vent rosé
Broderie rose dans le vent de sable
Le vent rosit et taraude le sable,
Vent de sable, corrode la rosée.
 

Clair-obscur

24 jan

La simplicité des mots d’Apollinaire me fascine. J’aimerais savoir en faire autant. J’aimerais pouvoir envoyer une flèche d’émotion pure comme lui, ou comme d’autres grands poètes. Je trouve que la force des mots est d’autant décupluée quand les mots sont simples – mais je ne sais pas écrire des mots simples. Portée par la forme si particulière de L’adieu, j’ai pourtant essayé. J’hésite entre dire que c’est un honteux plagiat et une vaine retranscription. Pourtant, je ne suis pas si mécontente, finalement. Certes, les mots ne sont pas aussi fluides, un peu trop maniérés, mais je trouve qu’il y a des progrès par rapport à mes habitudes qui me semblent bien ancrées…

Ombre du temps - cadran solaire

Clair-obscur
 
J’ai ramassé l’ombre du temps
Les moissons déjà sont fauchées
Dans le pays aux talismans
Regard voilé Ombre du temps
Mille fois par moi estompée
 
6 Comments

Posted in Poésie

 

Tanka n°11 et 12

03 déc

nanowrimo_winnerSuite et fin de la série… Le mois de décembre est déjà arrivé, j’ai remarqué, mais voilà… Le mois de novembre a été très occupé pour un grand nombre de raisons. La première, c’est bien sur la semaine de vacances que j’ai passée dans la capitale, à voguer entre expositions et pièces de théâtre avec mon papa et ma maman ! Et ensuite, je me suis lancée un « petit » défi qui m’a bien occupé : le Nanowrimo. Le principe (vous pouvez trouver tous les détails sur internet, comme d’habitude) est simple : il s’agit d’écrire un « roman » de 50000 mots pendant le mois de novembre. Alors j’ai pris quelques idées qui passaient par là et j’ai brodé. C’était intéressant parce que j’ai toujours eu l’impression de ne savoir faire que du « court », et je voulais voir si cet évènement faciliterait la déshinibition de ma « plume ». Et le résultat ? Alors j’ai gagné le défit, avec un superbe total de 53827 mots, et j’en suis très heureuse. Mais le résultat n’est certes pas quelque chose de lisible ! Certains passent du temps à reprendre ce qu’ils ont fait ; ce ne sera pas mon cas, l’idée que j’ai développée est bien trop légère pour donner quelque chose de correct. Bref, vous ne verrez pas ma prose, mais je suis contente d’avoir atteint cet objectif. D’ailleurs, la série de Tanka que vous avez pu découvrir pendant le mois de novembre était destinée à couronner les chapitres de mon roman. C’est sans doute la seule chose à garder !

Alors, dans les jours qui viennent, si les cadeaux de Noël me laissent un peu de temps, je viendrai visiter tous ces blogs que j’ai négligés pendant un mois, et en attendant, voici donc les deux derniers tanka de ma série :

 neige

La flambée du temps
Attise mon cœur blessé -
Les frimas distants

 

Rien ne s’éternise en moi
Que la peur et l’inconnu

 

Le sommeil le gel
Se confondent à l’infini
Instant à l’arrêt

 

Et mon âme gangrénée
Se perd d’immobilité
 
15 Comments

Posted in Poésie

 

Tanka n°9 et 10

25 nov

Allez, la fin du mois est bientôt là ! La fin de la série des tanka arrive aussi bientôt : ils sont 12 au total, normalement à lire dans l’ordre, mais chacun fait ce qu’il veut ! Voici donc le n°9 et le n°10 :

Une souche éclairée, de nui

Quand s’en vient la nuit
L’ombre livre son combat
Tumulte acharné

 

Je porte une croix perdue
Tombée là bas dans l’oubli

 

Contre le vent du nord
Un papillon de nuit bat
Ses ailes de verre

 

Dans les chimères je vis
Par delà les portes closes
 
4 Comments

Posted in Poésie

 

Tanka n°7 et 8

22 nov

arbre mort - souche

La feuille morte
Jaillit entre les arbres
Rouges et dorés
 
Je trébuche sur un tronc
Pourri et le sol spongieux
 
* * *
 
Entre les troncs morts
Lugubres silhouettes noires
Deux yeux me suivent
 
Je sais que tu me mens pour
Une rivale inconnue
 
9 Comments

Posted in Poésie

 

Tanka n°6

15 nov

Lune voilee

Dans la vibration
De la lune aux cent reflets -
Haleine du vent
 
Fétide me souffle un air
Pestilentiel et lascif

La qualité de la photo vous semblera peut-être très mauvaise. C’est bien le cas. L’ais-je fait exprès ? Non, pas vraiment, j’ai fait avec ce que j’avais sur ma clé USB, c’est-à-dire pas grand chose… Mais je trouve que finalement, le flou reflette bien l’atmosphère que j’ai voulu partager dans ce sixième tanka. Tant mieux ! Et si jamais l’envie vous prend de voir une photo de lune bien plus nette, vous pouvez toujours aller voir cette lune automnale et pourquoi pas le haïku qui l’accompagne…

 
6 Comments

Posted in Poésie

 

Tanka n°5

12 nov

Plume blanche

Plume évaporée
Vole abandonne l’oiseau
S’enfuit sur le vent

 

Je flotte dans l’infini
Las au dessus de mon corps
 
4 Comments

Posted in Poésie

 

Tanka n°4

10 nov

Lotus bleu

Une ombre couché
Ancolie bleue comme l’eau -
Silence du soir
 
Les mots s’enfuient hors de moi
Hémorragie d’encre émoi
 
7 Comments

Posted in Poésie

 

Tanka n°3

09 nov

Monstre de fer

La chaleur s’étend
 De tout son poids sur la nuit -
 Un corps alangui
  
Un monstre aux griffes de fer
 S’approche et le rêve crie
 
5 Comments

Posted in Poésie

 

Tanka n°2

07 nov

 

Brume du matin -
Le monde se dissimule
 
Aux regards curieux
 
J’imagine dans tes bras
Le réveil inaccessible

 

 
4 Comments

Posted in Poésie