On voit toujours sa vie comme à travers un kaléidoscope. Déformée. Belle ou désespérée selon les heures. Et parce qu’il y a les jours de gloire et les jours de désespoir, j’écris, pour ne pas avoir à porter des sentiments trop lourds, qui m’étouffent. Quelques mots, simple échappatoire pour regarder sa vie dans un miroir et trouver le recul nécessaire pour avancer.

RSS
 

Posts Tagged ‘Quotidien’

Nano-end ou comment s’est terminé le mois de novembre

04 déc

Certificat Nanowrimo 2012

Fière de moi ou pas, telle est la question…

J’hésite, voyez-vous… J’avais abandonné bien avant la fin du mois de novembre l’idée de finir mon roman – que ce terme est pompeux ! Je savais aussi que je n’aurais pas de mal à atteindre les 50 000 mots. Parce que je n’ai pas eu de mal l’année dernière, et que mon projet de cette année me tenait plus à coeur.

Alors voilà : d’un côté, j’ai réussi à avancer plus que prévu. J’en suis à l’avant dernier chapitre (bon, d’accord, c’est là où tout se corse et il faut vraiment que je sois pertinente), et je n’en espérais pas autant. Je n’imagineais pas avancer autant dans l’histoire, à vrai dire. Et en plus, j’ai réussi, finalement, à ne pas trop dévier de mon scénario, et c’est un autre sujet de fierté.

Mais d’un autre côté, j’ai péniblement dépassé les 85 000 mots, alors que j’espérais atteindre les 90 000. Et mes deux derniers jours ont été – comment dire… – lamentables, c’est le mot. Donc je ne suis pas très fière de moi.

Mais le mois de décembre est là, et je ne peux plus revenir en arrière. Alors, la suite, me direz-vous ? Je vais essayer de terminer cette histoire (qui commence vraiment à me lasser) avant la fin du mois de décembre. Après une petite pause, bien méritée, non ? Après, il y aura un permier cycle de relecture, et puis pourquoi pas, je proposerai ma prose en béta-lecture. Enfin, j’y reviendrai le moment venu.

Winner Nanowrimo 2012

Quelques extraits :

Incipit : Laella avait passé plusieurs heures devant la porte avant d’être autorisée à rentrer dans la chambre mortuaire.

Autre incipit : La musique résonnait, étouffée par le brouhaha des conversations. Incapable de se concentrer sur ce qui se disait autour d’elle, Viviane se sentait partir dans ses pensées. Pourtant, elle n’avait pas le droit, pas aujourd’hui. Il fallait qu’elle se souvienne que cette fête était en son honneur, sa fête, en quelque sorte, même si elle ne l’avait ni voulue ni préparée.

50 000 mots : Il admira les boucles de cheveux sur sa nuque, s’échappant en désordre de sa coiffure.

Dernière phrase : Pas encore écrite !

Read the rest of this entry »

 

Moment de solitude…

31 oct

La poésie est en veilleuse, par ici… Ma muse est partie, il y a un moment déjà (moment trop long pour que je cherche encore à le mesurer) faire des galipettes dans l’herbe. Elle s’est perchée sur un nuage, m’a regardée dans les yeux, et m’a demandé très sérieusement si je n’avais pas autre chose à faire que d’écrire des vers de mirliton…

J’avoue, dans un premier temps, ça m’a vexée. J’ai relevé la tête, fait la fière, et je me suis lancée dans un projet ambitieux, une nuit de mai à la Musset (oui, ça vous donne une idée de l’époque de mon dernier sursaut poétique). Vous avez peut-être déjà entendu ses vers… Poète, prends ton luth, et me donne un baiser… Joli pied de nez à ma muse, si j’avais réussi à mener ce projet à bien. Seulement voilà, après 119 vers et quelques milliers de mots, j’étais tellement à sec que j’ai eu l’impression d’avoir écrit de la poésie pour toute une existence. J’ai sagement décidé de laisser reposer la chose, et de fil en aiguille, rien n’a bougé depuis ce joli mois de mai.

Aujourd’hui, nous sommes le 31 octobre, et ma muse est toujours en vacances au soleil. Il est trop tard pour me lancer dans une nuit d’octobre… Il a bien fallu que je m’habitue à vivre sans elle. Et puisque les rimes se refusent à moi, j’ai décidé de faire comme M Jourdan, de passer à la prose. Parce que demain, c’est le premier novembre, et qui dit novembre dit Nanowrimo. Vous savez, je vous en avais parlé, il s’agit d’écrire 50 000 mots dans le mois. C’est tout simple… N’est-ce pas ?!? Bref, ayant tenté et réussi l’an dernier, sur un sujet un brin bidon, j’ai décidé de passer à des choses plus sérieuses cette année.

L’histoire ? Voilà le résumé que j’en ferais :

Dans un monde dévasté par les guerres et les catastrophes climatiques, Viviane, une jeune fille, se rebelle contre les contraintes trop fortes que lui imposent sa famille. Myddrin, son demi-frère, est envoyé à sa recherche, mais décide de la suivre dans ses aventure. En créant  de toutes pièces une légende grâce aux réalisations de sa sœur, il assoit sa puissance présente et en devenir, et impose au monde sa vision de la société.

Sinon, le scénario va bien, merci. Les fiches personnages s’accumulent, la carte du monde a pris des couleurs…

Vous quitterais-je ainsi ? Puisque les nuits sont de plus en plus courte, pourquoi ne pas vous livrer celle qui a cousu mon mois de mai d’un fil rouge ? Certes, il manque encore plusieurs dizaines de vers pour retrouver la structure de l’œuvre de Musset et imaginer une chute. Certes, les trous béants qui jalonnent la fin de cette nuit là – que je vous épargne tant elle est pour l’instant décousue – sont autant de cratères d’obus dans un champs verdoyant. Nous dirons qu’il s’agit encore d’un chantier… S’il finit jamais. Read the rest of this entry »

 

RATPoésie

17 jan

Depuis plusieurs années déjà, la RATP sponsorise/vulgarise la poésie. En 2011, plusieurs partenariats culturels avaient été mis en place, et un en particulier avec Gallimard. Ainsi, dans les rames, en levant les yeux, on apercevait parfois des affichettes comme celle-ci, invitant à un moment de lecture.

L'adieu - Apollinaire

Je me suis arrêtée sur ce poème en particulier. Je trouve, personnellement, que les choix sont plus ou moins réussis, mais celui-ci m’a beaucoup plu. Il y a dans ces mots – simples – un je ne sais quoi qui me plait, qui me touche.

C’est peut-être dans la répétition du « brin de bruyère », qui je l’avoue me fait désespérément penser au dernier vers de « Demain dès l’aube » : « Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur », et dont l’allitération en b a quelque chose d’enfantin… C’est peut-être dans le rythme, aussi, qui est bien particulier : dans ces octosyllabes, on reconnaît des alexandrins :

J’ai cueilli ce brin de bruyère //
L’automne est morte souviens-t’en //
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps // Brin de bruyère
Et souviens-toi que je t’attends

 2012 : « La RATP souhaite à ses voyageurs une année pleine de poésie » – vu non pas dans le métro mais sur le site directement… L’année 2012 démarre en fanfare avec ce merveilleux petit haïku : je ne résiste pas au plaisir de le partager avec vous !!

Haiku RATP

—————————————————————————————————————————

Comme vous l’avez sans doute remarqué, j’ai eu quelques (gros) problèmes avec mon blog ces derniers jours : suite à une mise à jour malheureuse, tout est tombé par terre, et heureusement que j’ai eu de l’aide (beaucoup) pour réparer tout ça. Quoi qu’il en soit, tout est normalement revenu (ou presque) à la normale, vous pouvez de nouveau mettre des commentaires et voir les images – voire même lire les articles ! Si toutefois un problème subsistait, n’hésitez pas à m’en faire part !!

 

Vos Haïkus

10 oct

On dirait que cette petite série vous a inspiré ! Merci de faire partager tous ces haïkus !

Le froufrou fringuantPhoto montage Haïkus - Mots saison
Des jupons dorés
Le craquant de ta feuille
Veronica
 
Soleil levant
les petites incisives à l’attaque
du noyau de mangue
isabel Asunsolo
 
Caresse du jour
je bois ton vent
autan me suit
 Veronica
 
La neige en nid-vert
sur l’automne annoncé
déjà le printemps !
Veronica
 
De l’élan de sève
Au premier flocon de neige
L’eau est toujours l’eau.
Lily
 
Vols en « V » rangés
Tournent le dos au soleil -
Un bruissement d’ailes
michelaise
 
Un frisson d’hiver
Secoue les fleurs au jardin
Prends-moi contre toi
Oxygène
 

Nouveau blog, nouvelle adresse…

19 sept

N’oubliez pas de mettre à jour vos liens. Vous pouvez vous abonner par mail ou flux RSS en haut à droite.

Read the rest of this entry »

 

Stylish Blogger Award !

06 juin

Dans ces cas là, on dit qu’on est tagué. Dans ces cas là, on est fier, assez, mais un peu embété aussi parce qu’il faut dire des choses sur soi et qu’on ne sait pas trop quoi dire. Parce qu’il faut de la nouveauté qui dévoile, tout en gardant sa personnalité virtuelle. Et moi, je n’aime pas mélanger mes tranches de vie.

Mais, je suis fière, assez, pour remercier Lily qui m’a décerné ce très classe prix ! Merci Lily !

Alors, comme toute bonne blogueuse qui se respecte, je vais suivre les règles :

1. Re­mer­cier la per­sonne qui vous a oc­troyé ce prix et mettre un lien vers elle. C’est fait, et avec plaisir !

2. Pla­cer l’award sur votre blog :

 Stylish blogger Award

3. Dé­voi­ler 7 choses sur vous. Ah, on arrive au premier moment délicat…

  • Quand il pleut, et que je n’ai pas de parapluie, d’abord, je baisse la tête… Puis au bout d’un moment, je trouve ça stupide, parce que ça n’empêche en rien d’être mouillé, alors le lève les yeux au ciel, et j’essaie d’apprécier les gouttes qui me tombent sur le visage. Après, mon problème, ce n’est pas le brushing, mais le maquillage : il arrive bien souvent que je ressembe à un panda !
  •  Un jour, j’ai du démontrer que 1 + 1 = 1. Ne riez pas, c’était très sérieux. C’était pendant une colle de maths, et je ne sais pas pourquoi, mais j’y suis arrivée – la démonstation n’était pas dans le monde réel, rassurez-vous, mais dans un univers mathématique parallèle dont j’ai tout oublié. Cet épisode m’a beaucoup marqué.
  • J’aime bien prendre en photo des choses que personne ne regarde. Les oeuvres d’art dans le métro ou les dessins sur le trottoir, ou encore le lever de soleil entre les caténaires du RER. Mais comme je n’ai pas d’appareil photo sur moi, j’utilise mon super téléphone, qui, comme il n’a pas une pomme dessinée sur la coque a une superbe autonomie de 48 photos. Alors je le vide très régulièrement sur mon ordi, au moins tous les six mois, et comme il est plein au bout de quelques jours à peine, je m’adonne régulièrement à un tri drastique. Je suis sure qu’il y a nombres de chef d’oeuvre qui ont disparu comme ça !!
  • Je ne suis pas très bonne en communication. Quand on m’envoie un mail, il arrive que je mette plus d’un mois à répondre. C’est la même chose pour les papiers administratifs ! Mais je me soigne…
  • Parfois, je me dis que j’aimerais savoir faire plus de choses de mes mains. Coudre ou broder, par exemple (oui, pas seulement le rafistolage de boutons…) ou encore dessiner correctement. D’ailleurs, quand je fais des dessins, je suis toujours obligée de m’inspirer d’images d’autres que moi. Le plus souvent, je les décalque grossièrement en mettant un papier sur mon écran d’ordinateur – ce qui donne lieu à des scènes assez comiques – et après je les réinterprête.
  • J’ai, sur mon bureau, une girafe et un mouton… Oui, vous avez bien lu. Il d’agit de ces pseudo balles de golf – qui en fait ressemble plus à des balles anti-stress, éditées récemment par une grande chaine de magasins de sport. Elles me sont très utiles quand le collègue qui me fait face me sort par les oreilles !!
  • Un de mes grands bonheurs est d’aller me promener au Louvre. Vous devez le savoir déjà. Mais ce que vous ne savez pas, c’est combien il est merveilleux de s’assoir dans la cour Puget ou la cour Marly un mercredi ou un vendredi soir (soirs de nocturnes) en hiver. Quand il fait nuit, le musée prend une autre dimension !

 4. Nom­mer et mettre en lien 7 blo­gueurs ta­len­tueux, qui pour­sui­vront le jeu à leur tour.

Astheval, Catherine, Enitram, Martine, michelaise, Oxygène, SONYA

Moun, je t’aurais bien taguée aussi, mais je n’ai pas (plus?) accès à ton blog…

5. Les prévenir : j’y vais de ce pas, ça me donnera l’occasion de rattraper un peu mon retard de lecture !!

 

Mots-images : le commencement

05 juin

Il y a Xmen le commencement, et aussi l’origine de mes mots images… L’idée à vrai dire, ne date pas d’hier. Je me souviens d’en avoir fait avec ma soeur quand j’avais sans doute 8 ou 9 ans. A vrai dire, je ne me souviens que d’un seul, pas vraiment compliqué !

Il devait ressembler à ça :

Verre de vinRien de transcendant, je l’avoue, dans ce verre de vin. Mais bon, on ne peut nier que l’idée est bien là !

Allons, si je vous raconte tout cela, ce n’est pas pour le plaisir des souvenirs insipides. C’est que j’ai bien d’autres mots images à vous montrer, mais voilà, il faut un scanner pour cela, et je n’en ai pas à ma disposition. Il va donc falloir attendre lundi pour découvrir le moineau et l’escargot, qui n’attendent plus que ça, et le papillon, le chat, le mouton, le serpent, qui demanderont un peu plus de travail.

Et si vous voulez vous amuser, essayez donc de deviner à quels mots j’ai associé toute cette ménagerie !!

 

Emotion

27 mai
Le temps a filé entre mes doigts… Je reviens à pas de velours, en vous laissant découvrir cette envie/nostalgie de mordre la vie à pleine dents. Les mots sont d’une simplicité, et pourtant d’une force…

Le temps qui reste, Serge Reggiani

Combien de temps
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures, combien ?
Quand j’y pense, mon coeur bat si fort…
Mon pays c’est la vie.
Combien de temps…
Combien ?

Je l’aime tant, le temps qui reste…
Je veux rire, courir, pleurer, parler,
Et voir, et croire
Et boire, danser,
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J’ai pas fini, j’ai pas fini
Voler, chanter, parti, repartir
Souffrir, aimer
Je l’aime tant le temps qui reste

Je ne sais plus où je suis né, ni quand
Je sais qu’il n’y a pas longtemps…
Et que mon pays c’est la vie
Je sais aussi que mon père disait :
Le temps c’est comme ton pain…
Gardes-en pour demain…

J’ai encore du pain
Encore du temps, mais combien ?
Je veux jouer encore…
Je veux rire des montagnes de rires,
Je veux pleurer des torrents de larmes,
Je veux boire des bateaux entiers de vin
De Bordeaux et d’Italie
Et danser, crier, voler, nager dans tous les océans
J’ai pas fini, j’ai pas fini
Je veux chanter
Je veux parler jusqu’à la fin de ma voix…
Je l’aime tant le temps qui reste…

Combien de temps…
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je veux des histoires, des voyages…
J’ai tant de gens à voir, tant d’images..
Des enfants, des femmes, des grands hommes,
Des petits hommes, des marrants, des tristes,
Des très intelligents et des cons,
C’est drôle, les cons ça repose,
C’est comme le feuillage au milieu des roses…

Combien de temps…
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je m’en fous mon amour…
Quand l’orchestre s’arrêtera, je danserai encore…
Quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul…
Quand le temps s’arrêtera..
Je t’aimerai encore
Je ne sais pas où, je ne sais pas comment…
Mais je t’aimerai encore…
D’accord ?

 

Absence surprise

28 mar

Bonjour tout le monde !

 Je n’ai pas été très présente ces derniers temps. Des dessins/calligrammes/idées/collages attendent pourtant dans mes cartons que je veuille bien les scaner/recopier, mais voilà, mon amoureux m’a fait la surprise, ce week-end, de m’emmener passer deux jours en normandie… Etretat, Rouen, La Roche Guyon, bref un vrai week-end de rêve, surtout que le soleil était au rendez-vous, alors je n’ai pas eu le temps de m’occuper de mon blog ni de visiter les votres ! Je vais essayer de me rattraper cette semaine, mais je ne vous promet rien, surtout qu’entre anniversaires, vacances, et autres choses bien sympatiques, mon mois d’avril commence joyeusement à ressembler à un emploi du temps de ministre !!

Donc, je fais ce que je peux, mais j’ai bien envie de profiter de toutes ces choses au maximum, alors ne m’en veuillez pas trop si je ne suis pas toujours au rendez-vous !!

 Je vous dis à bientôt, quand même, et puis je vous offre ces quelques photos pour vous faire profiter un peu du soleil !!

Normandie Bateau

Un bateau sur la mer d’huile

Normandie Cathédrale de Rouen

La cathédrale de Rouen (jolie centre ville !)

Normandie Falaises d'Etretat

Les falaises d’Etretat (une grande découverte, que j’avais envie de faire depuis longtemps)

Normandie Fleurs

Quelques fleurs, après tout, c’est le printemps !

Normandie Colombier

Et une chambre d’hôte version « comme dans mes rêves », dans un colombier !

 

Petits messages personnels…

26 fév

 Je pourrais vous raconter mon emploi du temps de ministre. Comment toutes mes soirées sont ponctuées par des sorties/cocktails/dialogues enivrants/spectacles/etc… Comment mon balcon est en pleine réorganisation. Comment ça sent la lazure dans tout le salon. Les livres que j’ai lus et ce que je lirai pas… Bref, ceci est un blog de poésie ou je prends de plus en plus l’habitude, à cause d’un manque d’inspiration qui menace de devenir chronique, de racontrer ma vie. Alors, une fois n’est pas coutume, je vais vous raconter… ma vie !

Ma vie, ou plus exactement les paquets/lettres que j’ai trouvé hier soir dans ma boîte aux lettres…

Merci !Merci !

 

 @Anne : Votre photo, pour commencer, est superbe. En rouge et noir, mes couleurs fétiches… Merci aussi de vos commentaires si élogieux, et tellement personnalisés qu’ils m’ont presque donné envie de redécouvrir ce que j’ai écrit il y a plusieurs années déjà.

@Astheval&Oxygene : Une jolie carte, quelques douceurs et une boîte qui deviendra sans doute ma « malle aux trésors »… que je suis gatée, merci, merci !!

@Enitram : Ces petits pièces de monnaie vont aller enrichir ma collection : quelle gentille idée que de me les avoir envoyées ! Merci aussi pour ton mot… « J’en ai déjà lu la moitié depuis hier soir », c’est le plus beau compliment que tu pouvais me faire !!

@Herbert : Simplicité, vérité, délicatesse : tes mots élogieux me vont droit au coeur ! Merci de ta lettre !!

@Roberto, Siu, Alba, Catherine : Michelaise, sans indiscression, m’a transmis vos mails, et je vous remercie tous de vtre gentillesse…

@Martine : Ton mail, ta proposition d’un échange sont vraiment gentils et accordent déjà de la valeur à mes créations, que tu n’as pas encore eu l’occasion de découvrir… Quelle confiance tu me fais, merci !

@Michelaise : Merci de cette idée merveilleuse, de ce cadeau superbe ! Tu es géniale !!

@tous les autres : Ah… je vais tomber dans le romantisme, le gnangnan (mais comment est-ce que ça s’écrit donc ?!?)… Merci de passer, de temps en temps ou souvent, sur mon blog, alors que je suis tellement nulle que je mets des jours à répondre à vos commentaires, des jours à poster, et des jours à venir vous « visiter »… Merci d’être toujours gentils, même si parfois quelques critiques me feraient du bien, peut-être. Pfff, j’arrête là, je sens que je vais virer sentimentale. Mais je suis sure que vous avez déjà compris le message : j’ai le coeur qui déborde de bonheur, aujourd’hui, et je tenais à vous faire savoir que c’est grace à vous tous !!!!! Merci à tous !