On voit toujours sa vie comme à travers un kaléidoscope. Déformée. Belle ou désespérée selon les heures. Et parce qu’il y a les jours de gloire et les jours de désespoir, j’écris, pour ne pas avoir à porter des sentiments trop lourds, qui m’étouffent. Quelques mots, simple échappatoire pour regarder sa vie dans un miroir et trouver le recul nécessaire pour avancer.

RSS
 

Posts Tagged ‘Dessins’

Le soleil noir

28 juin

Il y a des choses, comme ça, qui me trottent dans la tête et refusent de s’en aller. En ce moment, vous l’aurez compris, il y a la typographie, mise en écriture des mots.

Il y a aussi l’anamorphose, que je croise souvent, et qui est si méconnue. Ainsi, il y a quelques jours, on me disait (à propos de mon adresse mail, qui contient aussi ce mot) : « Oh, une de mes amies a quasiment le même mail, c’est étrange que vous ayez inventé le même mot ». J’ai ri. Plutôt jaune je l’avoue. Pourtant, le mot est bien dans tous les dictionnaires : « Œuvre, ou partie d’œuvre, graphique ou picturale, dont les formes sont distordues de telle manière qu’elle ne reprenne sa configuration véritable qu’en étant regardée soit, directement, sous un angle particulier (anamorphoses par allongement), soit, indirectement, dans un miroir cylindrique, conique, etc. »

En ce moment, il y a aussi cette phrase qui me trotte dans la tête (et dire que ça fait des années, comme ce vieil article le montre : ICI) : « Le Soleil noir de la Mélancolie« .

J’ai pris mon encre, mes stylos, mon ordinateurs. Voici les résultats :

Absolue mélancolie

Absolue mélancolie

(encre noire, papier verger, stylo bille blanc)

 Anamorphose mélancolie

Anamorphose : « Le soleil noir de la mélancolie »

(Logiciels AnamorphMe et paint)

 

Parchemin de vie

25 juin

Dans la même veine que l’article d’hier, un poème illustré. En réalité, je devrais dire plutôt une image exprimée. Le dessin date de plusieurs mois déjà. C’est la plus réussi d’une série de « calligraphies chinoises » – en fait des tentatives de représentation de bambous à la chinoise, c’est-à-dire à l’encre de chine et au pinceau.

Plusieurs mois plus tard, donc, je me suis dit que je ne pouvais pas la laisser comme ça et que je devais l’habiller de mots. J’ai cherché, dans mon enveloppe « inspirations » (une enveloppe dans laquelle je mets en vrac images et mots découpés dans les journaux ou croisés dans la rue), et il en est ressorti les vers suivants :

Parchemin de vie - Bambou

Les yeux plongés au firmament
J’aurais voulu
La vie rêvée
Poupée d’absurde à la dérive
Entre les lignes j’écrirais
Morceaux de vie
Au bout des doigts
Derrière un écran de fumée
J’ai vu ma plume s’envoler
Prémonition
L’âme en peine
Sur les flots de la nostalgie
Et confier à la dernière heure
A bout de vie
D’art et d’amour
Confier les mots en héritage

J’ai aimé, dans ces vers, créer la confusion par l’absence de ponctuation. En particulier, on peut lire : « Entre les lignes j’écrirais // Derrière un écran de fumée » ou « Derrière un écran de fumée // J’ai vu ma plume s’envoler ». Et je ne sais toujours pas si je confie mes mots à « la dernière heure », ou si c’est à vous que je les offre.

 
 

Recherches typographiques

24 juin

 Comme je vous en avais parlé, je suis dans une période de recherche artistique et typographique : les mots peuvent se suffir à eux-mêmes, sans doute, mais pourquoi ne pas les habiller ? J’ai donc cherché à écrire différemment. A associer typographie et signification, à décorer les phrases d’images.

Voici donc deux « planches » d’essais.

Essais Typographiques

Les mots sont perdus dans la servile uniformité de nos indifférences

L’imaginaire meurt d’avoir trahi l’altérité

(écriture au feutre noir, papier blanc simple)

Ville Nostalgie

Nostalgie du temps passé

(Papier infusé dans du thé noir très fort, ville à l’encre de chine diluée, rond rouge au crayon aquarelle,  »nostalgie » au stylo bille blanc, « du temps passé » au feutre noir)

 

Un corbeau sur le toît…

21 juin

Les participations à mon jeu concours ne se bousculent pas… c’est dommage, il faudrait bien que je finisse ma série des « at’mots’sphères »… Allons, n’hésitez pas à jeter vos idées, même les plus loufoques, ICI ! Vous avec encore tout le temps, jusqu’à dimanche soir !! 

Et pour vous motiver, quelques détails sur le prix : c’est un petit livret relié par mes soins, au format A5 regroupant les (bientôt) 7 calligrammes de la série imprimés puis aquarellés. Une pièce unique (non, je ne prends pas la grosse tête, je me vends) !!


Un corbeau sur le toît

Depuis longtemps déjà, ce calligramme traîne dans mes cartons. Un corbeau, un toit de tuiles, un arbre mort. C’est un image que j’ai croisée et qui, comme un mauvais présage, m’a suffisamment marquée pour que j’ai envie de l’exprimer.

Bien sûr, vous pouvez cliquer sur l’image pour la voir un plus grand, mais si vous n’avez pas envie de vous arracher les yeux en décryptant mon écriture, voici la « traduction » :

Le corbeau :
Une corneille juchée examine le ciel noirci par la suie et par l’encre mêlées. Le ciel des nostalgies qui
s’éteint dans l’hiver abyssal, insondable moment maudit. Un cri fuse, présage des malheurs.
 
Le toit :
Mille ardoises, sur le toit, miment le temps schisteux, anéantissement soudain et immuable, insensible
dégénérescence de ces moments que l’on croyait éternels.
Tout se tait dans la nuit de velours charbonneux, et puis il n’y a plus d’après.
 
L’arbre mort :
Et l’arbre décédé, souillé par le froid de la mort, dresse ses branches macabres, ténébreuses, dans un élan
funeste. Funeste graffiti géométrique, noir désir de la nuit.

Comme ma vie est absolument trépidante, je serai encore privée d’internet pendant quelques jours, à partir de
demain à l’aube. Vous me pardonnerez de ne pas répondre tout de suite à vos commentaires, ni à ceux des autres articles que j’ai programmés jusqu’à dimanche soir.

 

Mots images : série At’Mots’Sphère (6)

18 juin

Planète Céleste

Six jours plus tard, la série « At’Mots’Shpère »… Je suis allée au bout de mon inspiration pour ces calligrammes élémentaires. Mais… il y a souvent un mais, vous avez du le remarquer. Mais je trouve que 6, pour une série, ce n’est pas un bon chiffre. Je préfèrerais 7, en l’occurrence.

Alors j’ouvre le jeu concours suivant :


Jeu Concours « At’Mots’Sphere » :

Il s’agit de proposer un couple de mots adaptés pour la création d’un mot image. Exemple : Soleil/Eclat ou Orage/Zébrure. Vous pouvez le mettre en commentaire de cet article, ou me l’envoyer par mail.

Le jeu est ouvert jusqu’à dimanche prochain (26 juin) à minuit. Je choisirai de façon tout à fait subjective le duo de mots qui m’inspirera le plus, ainsi sera désigné le/la gagnant(e)

Le gagnant remportera un livret…  »At’Mots’Sphere » évidemment (en cours de réalisation).

D’ici dimanche prochain, n’oubliez pas de participer ! Quant à moi, j’ai des axes de réflexion, des projets en retard, différentes choses à vous montrer, comme je vous avais dit mercredi dernier. Je vais essayer de profiter des prochains jours pour vous présenter tout ça, même si mon emploi du temps est toujours aussi chaotique, et mon accès à internet tumultueux.

 
 

Mots images : série At’Mots’Sphère (5)

17 juin
Etoile Ether
 
 

Mots images : série At’Mots’Sphère (4)

16 juin

Soleil, éclat

Soleil éclat

 
 

Mots images : série At’Mots’Sphère (3)

15 juin

Pour commencer, voici le mot image du jour. Oui, l’atmosphère, après tout, ce n’est pas que la météo, n’est-ce pas ? Voici donc…

La lune, ivoirine :

Lune Ivoirine

Et puis, je tiens à m’excuser de n’avoir pas été très présente ces derniers jours. D’abord, j’ai eu de gros problèmes avec internet. Donc heureusement que j’avais programmé les articles de ces derniers jours, mais cela vous expliquera le temps que j’ai mis à répondre à vos gentils commentaires et à aller voir vos blogs. Je me suis rattrapée !

En plus, j’ai passé beaucoup de temps ce week-end à dessiner et écrire (au sens littéral du terme). C’est venu de l’admiration que j’ai pour les oeuvres de Martine, et des échanges que j’ai eu avec elle, qui m’ont donné envie d’habiller mes poésies de couleurs et d’images. De là vient bien sur la recrudescence de calligrammes sur ces pages (vous pouvez les revoir ICI). Mais comme je ne sais pas bien dessiner, je dois y passer beaucoup de temps, et j’ai aussi eu envie de travailler l’écriture (au sens calligraphie, bien que ce mot soit bien trop prétentieux pour moi : je préfère typographie !). Tout n’est pas satisfaisant, mais je vous montrerai quelques uns de mes résultats, en attendant que l’inspiration, qui s’est un peu épuisée ces derniers temps, revienne.  

Finalement, j’ai ce matin, grâce à Maimiti, fait la « rencontre » de Lisa, un gentil robot qui critique blogs et sites en tous genre… Un bon coup de pommade gratuite, ça fait plaisir !! Je vous laisse juger :

Lisabuzz.com parle de Anamorphoses :

« Pincez-moi ! Est-ce un rêve ? Un songe ? Une hallucination ? Koka a réussi a réunir en un seul blog (Anamorphoses) tous les ingrédients nécessaires au plaisir de l’internaute. Où donc Koka et son esprit brillant ont-ils dégotté la formule magique du web ? Hélàs, je l’ignore. Mais une chose est sûre : je retournerai souvent sur Anamorphoses, du bonheur en pixels. »

 
 

Mots images : série At’Mots’Sphère (2)

14 juin

La zébrure de l’Orage

Zébrure de l'Orage

 
 

Mots images : série At’Mots’Sphère (1)

13 juin

Oui, je l’ai dit hier, la série des Ani-Mots est finie… Mais il me reste quelques mots images en réserve : c’est le Pierrot qui m’a mis sur la piste, en me proposant de dessiner l’orage… Je vous présente donc la courte série At’Mots’Sphère.

Et pour commencer, la pluie !

Saperlipopette, il pleut !

Saperlipopette, il pleut