On voit toujours sa vie comme à travers un kaléidoscope. Déformée. Belle ou désespérée selon les heures. Et parce qu’il y a les jours de gloire et les jours de désespoir, j’écris, pour ne pas avoir à porter des sentiments trop lourds, qui m’étouffent. Quelques mots, simple échappatoire pour regarder sa vie dans un miroir et trouver le recul nécessaire pour avancer.

RSS
 

Serrement du cœur

12 jan

La lune aujourd’hui est gibbeuse décroissante… Je m’aperçois que le temps continue de filer plus vite que son ombre (le temps a une ombre ? première nouvelle… mais l’idée est jolie, tiens, je vais la garder dans un coin de ma tête !)…

Déjà le 12 janvier… ce soir, je vais profiter d’un champagne gratuit mais protocolaire : je suis sure que les discours des « grands pontes » seront moins drôles que l’opérette que j’ai eu l’occasion (@Michelaise : oui, j’ai eu des places, finalement, un grand coup de chance !) de déguster (savourer aussi marche, comme mot, c’était un grand moment de bonheur, comme Offenbach et une troupe à l’humour décapant peuvent offrir) hier soir, accompagné d’un verre de vin rouge qui n’avait de vin quasiment que le nom, mais c’était pour les bonnes œuvres et l’ambiance, alors… Bref, ce n’est pas la peine que je fasse plus de pub, les dernières représentations sont déjà complètes depuis quasiment un mois !!

Déjà le 12 janvier… je m’étais dit que j’essaierai de relire – de commencer à relire – les aventures d’Isis (ou Iris ? je me trompe tout le temps !) mais je n’ai pas eu le courage. A la place, qu’ai-je fait ? Non, pas un poème écrit depuis plusieurs mois, il doit y avoir à peine quelques mots épars qui trainent sur mon téléphone, et vaguement un fichier de recherche sur je ne sais même plus quel mythe sur ma clé USB… Je vous le donne en mille… J’ai juste commencé un nouveau scénario, qui pourrait tenir pas mal la route, avec son monde à lui, ses personnages, et tout, sauf que là, je suis coincée, je voudrais une révolution, mais comment fait-on une révolution ? Bref, encore un projet qui va peut-être finir aux oubliettes si je n’ai pas le déclic (vous révolutionnez comment, vous, quand vous êtes une femme dans un monde post-apocalyptique/dictature religieuse ?)…

Déjà le 12 janvier, et je crois qu’on peut estimer qu’il est temps de vous livrer les vers ci-dessous, qui datent du mois d’octobre dernier, et que je ne pourrais plus modifier, tant de temps après. J’ai même fini par oublier ce que je voulais dire, et en le relisant, je trouve assez obscure… j’espère qu’il vous parlera plus qu’à moi !

En attendant que je revienne – très bientôt, j’espère, et je vais vraiment essayer de m’y tenir cette fois-ci – je vous souhaite une très belle année 2012, pleine de bonheurs, de réussites, de joies, etc…

Entre l’ombre et le jour il n’y a qu’un ruban,
Infinitésimal,
Qu’on oublie trop souvent
Pour ne voir que le noir et le blanc de l’enfer.
 
C’est la mélancolie des ombres crucifiées,
Esclaves de la vie,
Entravées de lumière.
Au ciel, une étoile scintille et s’abandonne.
 
D’un monde à l’autre, en négatif, le temps s’étire,
Se dessine mouvant.
Le temps d’être s’éteint.
La lumière noire fixe l’instant amer.
 
D’un monde au paradis, il n’y a que le temps
Que s’éteigne le ciel,
Double désincarné.
Temps d’un dernier soupir. Une étoile s’éteint.
 
20 Comments

Posted in Poésie

 

Tags: ,

Leave a Reply

 

 
  1. Marc

    12 janvier 2012 at 11:21

    Moi aussi, je te souhaite une très bonne, heureuse et poétique année 2012!!!

     
    • koka

      12 janvier 2012 at 11:22

      Merci beaucoup ! Bonne journée !!

       
  2. catherine

    14 janvier 2012 at 23:54

    Que 2012 soit riche et lumineuse, douce et féérique, pétillante et sereine… merci pour tes voeux, Koka !

     
    • koka

      17 janvier 2012 at 13:03

      Bonne année encore, Catherine ! Et passe une bonne journée !
      Bises

       
  3. gazou

    15 janvier 2012 at 10:03

    Que 2012 soit un temps de création et de vie intense et riche en découvertes et en amitié…
    J’aime bien ton poème et tu as bien fait de le partager avec nous

     
    • koka

      17 janvier 2012 at 13:03

      Je souhaite aussi que l’année 2012 soit merveilleuse pour toi !
      Bonne journée

       
  4. les cafards

    15 janvier 2012 at 10:18

    poème bien noir ! mais bien beau. Amitiés cafardesques

     
    • koka

      17 janvier 2012 at 13:03

      Merci bien ! Amitiés

       
  5. Martine

    15 janvier 2012 at 10:49

    Bonjour chère Koka,

    Le temps file trop vite, c’est si vrai! Tu n’es pas la seule à être dépassée. On fait comme on peut… on butine un peu ici, un peu là… on se promet de revenir approfondir plus tard…

    Ton poème est magnifique. j’aime tes images.
    Problèmes ce matin pour placer un commentaire. Que c’est pénible..
    Bon dimanche Koka
    A bientôt
    Martine ;)

     
    • koka

      17 janvier 2012 at 13:03

      Bonjour Martine !
      C’est vrai, on butine un peu, et c’est parfois frustrant de ne pas pouvoir se consacrer aux merveilles qu’on trouve sur certains blogs…
      Merci de ta visite, et désolée pour les problèmes techniques…
      Bonne journée, bises

       
  6. Josette

    15 janvier 2012 at 11:15

    inversion du positif en négatif
    étrange miroir ou frontière dantesque
    l’étoile se noie dans l’océan…
    (enfin ce jour un accès au blog ! bonne journée)

     
    • koka

      17 janvier 2012 at 11:53

      Merci Josette… bonne journée !

       
  7. michelaise

    15 janvier 2012 at 17:05

    Ah voilà que ça remarche… du coup, à force de me battre avec les commentaires, je ne sais plus trop ce que je voulais dire !
    Ah oui, d’abord l’opérette, ravie que vous ayez pu y aller : vachement sympa en tout cas cette histoire de troupe semi-professionnelle ou plutôt un peu plus qu’amateur, et de tout évidence une belle réussite, à chaque fois ! si j’en juge par ta contrariété quand les places étaient rares, j’en conclus que cette tradition bisannuelle est une jolie habitude ! et que tu ne manqueras pas la prochaine !
    Ensuite les pots de fin, de début d’année et les galettes incontournables : on ne connait guère cela « par cheu nous » et après tout c’est pas plus mal.
    Déjà un nouveau projet de bouquin, mazette, quel entrain !! te donner des idées, ça tu sais que ce n’est pas mon fort, et si la révolution me branche, a priori en tout cas, le « monde post-apocalyptique/dictature religieuse » me laisse pantoise !!!
    Enfin le poème… ou comment le noir sied aux poètes, sombre, grave mais pas forcément assorti à ton âme !!

     
    • koka

      17 janvier 2012 at 11:53

      Oui, enfin la plupart des problèmes sont résolus !!
      En effet, la représentation était une jolie réussite, pleine de bonne humeur et d’humour… j’étais contente d’avoir des places !!!
      Pour les galettes et autres pots, ce sont à vrai dire des obligations qu’on tente de rendre agréables comme on peut, mais je ne suis pas très douée pour ce genre de choses, à vrai dire…
      Le bouquin, ensuite… l’idée m’est venue du mythe des gens de la caverne (à ne pas confondre avec le mythe de la caverne de Platon) aussi connu dans l’islam que l’est le mythe des dormants d’Ephèse chrétiens : ce mythe raconte « l’histoire à la fois fascinante et douloureuse de certains précurseurs croyants du christianisme, qui furent persécutés et s’enfuirent à une caverne pour s’y abriter. A force de prier Dieu pour les protéger, le miracle divin fait qu’ils s’endormirent trois siècles et quelques années pour assister à l’avènement sinon la propagation de la nouvelle religion sur toutes les sphères de la société. » Après, je me suis juste dit : et si cela arrivait aujourd’hui, que pourrait-il se passer ? La réponse est un « monde post-apocalyptique/dictature religieuse » !! Cela est tout à fait dans l’air du temps, entre peur du réchauffement climatique et peur de l’islam.
      Enfin, merci pour le poème, pas vraiment assorti à mon âme, en effet !

       
  8. Lily

    15 janvier 2012 at 19:56

    J’ai mis un com’ après les cafards … Le vois-tu ?

     
    • koka

      17 janvier 2012 at 10:28

      Non, je ne le vois pas… il aurait du s’afficher directement, de toute façon… une mauvaise manip, peut-être ?
      Bises

       
  9. Martine

    17 janvier 2012 at 11:05

    Bonjour Koka,

    Pas moyen de laisser un commentaire sur l’article suivant. On dirait qu’ils ne sont pas ouverts.
    J’aime bien cet extrait parfumé à la bruyère. une belle initiative de la RATP.

    Bises de bonne journée Koka
    A bientôt
    Martine

     
    • koka

      17 janvier 2012 at 11:44

      Merci Martine ! ON dirait que je ne suis pas tout à fait au bout de mes peines…
      Cette initiative est jolie n’est-ce pas ?
      Bonne journée à toi aussi, gros bisous

       
  10. Lily

    18 janvier 2012 at 11:52

    Ce blog n’accepte pas mes commentaires … Comment se fait-il ?

     
  11. Lily

    18 janvier 2012 at 11:56

    Curieux, à certains moments il prend et à d’autres il refuse ! je crois que c’est l’affichage de mon petit hébergeur qui lui fait froncer les yeux, certainement dans sa politique de lutte anti-spams. En clair, mes coms sont très certainement en indésirables. Il faudrait les valider (une fois suffit) pour qu’il s apparaissent par la suite sans problème. Merci Koka